Autres thèmes dans Agriculture

Agriculture

Autres thèmes dans Agriculture

Dernière mise à jour: 5 March 2020

L’agriculture est l’un des moteurs de la croissance du pays et, en tant que telle, s’inscrit dans le cadre du premier pilier stratégique du PSE sur la transformation structurelle de l’économie et la croissance. Le volet agricole du PSE est le Programme décennal d’Accélération de la Cadence de l’Agriculture Sénégalaise (PRACAS) dont la première phase a couvert la période 2014-2017. La deuxième phase du PRACAS couvre la période 2019-2023 et se situe dans la continuité de la première période quinquennale.

L’objectif principal du PRACAS est d’atteindre la sécurité alimentaire et nutritionnelle du pays et le développement durable des produits agricoles. La mise en œuvre de PRACAS est effectuée principalement par le Ministère de l’Agriculture et de l’Équipement Rural à travers la Direction de l’Agriculture et la Direction de l’Analyse, de la Prévision et des Statistiques Agricoles (DAPSA). Compte tenu des nombreux chevauchements avec le secteur de l’environnement, le Ministère de l’Environnement participe souvent à des discussions de haut niveau sur les programmes.

Le Ministère de l’Agriculture reçoit un appui financier des bailleurs de fonds qui est pris en compte dans un budget triennal (par ex. 2020-2022). Le Ministère dirige alors l’allocation budgétaire sur une base annuelle. L’appui technique et financier des partenaires au développement, notamment l’Union européenne, l’USAID, le Fonds international de développement agricole (FIDA), l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et la Banque africaine de développement (BAD) a été essentiel dans l’amélioration des performances du secteur et la mise en œuvre de programmes ciblés inscrits dans le PRACAS tels que le « Feed the Future » de l’USAID. Le secteur agricole représente 7 % du budget total alloué à la deuxième phase du plan d’actions prioritaires du PSE (2019-2023) axé sur la structuration du secteur de l’arachide, le développement de corridors céréaliers et l’appui à l’agriculture familiale.

Le coût total du PRACAS est de 581 milliards de FCFA (soit 1 milliard de dollars) dont 73 % sont alloués à l’autosuffisance en riz, 16 % à l’optimisation des performances du sous-secteur de l’arachide, 7 % au développement du sous-secteur des fruits et de l’agriculture et 4 % à l’autosuffisance en oignons. Depuis le lancement du PRACAS, les performances du Ministère de l’Agriculture et de l’Équipement Rural, notamment la Direction de l’Agriculture dirigée par Oumar Sané, ont été relativement positives avec l’augmentation continue de la production de riz et d’arachides facilitée par des conditions climatiques favorables. En 2017-18, la production de riz paddy a atteint 1 015 000 tonnes contre 430 000 tonnes en 2014, tandis que la production d’arachides a atteint 1 400 000 tonnes, dépassant ainsi son objectif annuel fixé à 1 000 000 de tonnes.

Bien que l’agriculture emploie 60 % de la population, il s’agit en grande partie de l’agriculture de subsistance et le secteur n’a pas encore atteint son plein potentiel et dépend fortement de la pluviosité, qui varie énormément. Les contraintes incluent notamment le manque d’accès aux terres cultivées, un manque d’engrais et de semences de haute qualité, un matériel agricole inadéquat, en particulier pour l’irrigation à l’eau, les chaînes de valeur structurées de manière inadéquate, et le manque de synergie entre les petites exploitations et l’agrobusiness. Le PRACAS n’a pas encore obtenu de résultats significatifs dans ces domaines. Cela est partiellement dû à l’accent privilégié mis par le Ministère sur l’autosuffisance en riz, mais également en raison du manque de consultation de la société civile.

Autres thèmes dans Agriculture

View analysis or data for a specific country

Show me

Data by topic

for

Sénégal
Go